Les webzines/fanzines/blogs, ce n'est pas ce qu'il manque sur la planète blogosphère de nos jours. Souvenez vous, l'interview de TEAzine, nous rappelle à quel point on peut jouer sur les mots, et en faire un fanzine amusant, Psychedelic Electric, les délirants de La Frange, les Clandestines, ou encore Silent Hype, qui n'était pas quelqu'un de hype.



Aujourd'hui place à un webzine qui fêtera ses deux ans en Octobre, Stage Invasion, riche en chroniques, en livereport, et quand on regarde les archives des interviews (Peter Bjorn and John, Deerhunter, Jim Jones Revue, et d'autres) on se dit que ça oblige le respect. Entretien avec Marion & Guillaume, membres de Stage Invasion.



UNKNOWN MAG: Présentez votre webzine, et ses membres!

Marion : On a eu l'idée de créer un webzine il y a deux ans. C'était l'été, on s'apprêtait à entrer à la fac, on était à une fête, on était quelque peu enivré et je ne me rappelle pas de tous les détails, mais en gros, deux mois plus tard on faisait notre première interview et on lançait la machine. Il n'y avait pas tant de webzines que ça, "à l'époque". Maintenant, on réalise que c'est un truc qui s'est pas mal développé.

Guillaume : On avait déjà fait un projet pour les TransMusicales en 2007, et ça nous avait bien plu, donc on s'est dit que ouais, ça serait cool de pouvoir continuer ce genre de trucs. Ce n’était pas forcément facile au début, non parce qu'il faut le dire, Marion a vraiment un caractère de merde, et là dessus je me défends pas mal aussi.



UNKNOWN MAG: Quelles sont vos influences musicales ?

Marion : En ce qui me concerne, tout ce qui tourne autour du rock, au sens large. S'il faut donner des noms alors ce sera Bob Dylan, le Velvet Underground, Oasis et les Libertines. Depuis peu je commence à apprécier le hip hop et certains genres de musique électronique, comme la minimale. Par contre j'ai vraiment peu d'attrait pour des styles comme la techno ou le jazz entièrement instrumental. Pour moi, les voix et les paroles sont aussi importantes que la musique en elle-même. C'est indissociable.

Guillaume : Je ne pourrais pas te donner des noms comme ça, je fonctionne plus par vague. Je peux très bien n'écouter que de l'électro pendant un moment. Cet hiver par exemple, j'ai beaucoup écouté de 8bit. Et là, depuis quelques semaines, je suis revenu à du bon vieux rock bien gras à la BRMC, et à des trucs plus cold comme les Horrors, pour ne citer qu'eux.
Enfin, je te donne quand même un nom, DAVIIID BOWIIIIE, période Ziggy Stardust quasi-exclusivement. C'est d'ailleurs Marion qui m'avait prêté les vinyles, que j'ai toujours je crois... Désolé.


UNKNOWN MAG: Pourquoi Stage Invasion ?


Marion :
Je crois que le nom était une idée de Guillaume au départ, mais on n'était pas extrêmement emballés. Ca commençait à devenir urgent de se mettre d'accord parce qu'on avait notre première interview programmée (Black Lips). Pendant l'interview, on leur a d'ailleurs demandé de nous filer un coup de main pour un nom mais sans grand résultat. Au moment du concert, il se trouve qu'on a quelque peu orchestré une invasion de scène, qui a plus que bien fonctionné (il y avait plus de gens sur scène que dans le reste de la salle), donc on a opté pour Stage Invasion. Au final on en est content, mais parfois les gens sur les festivals le prononcent à la française, ce qui donne un nom ridicule et complètement dénué de sens ! On aurait peut-être dû choisir Scene Invasion, à la réflexion !

Guillaume : Ouais, les Black Lips nous avaient proposé des trucs du genre "McCain as president", pas génial. Il me semble quand même que Stage Invasion est venu après le concert, justement en rapport avec ce qui s'était passé. C'est quand même un exploit qu'on ait réussi à se mettre d'accord aussi facilement. Sérieusement, je vais être lourd, mais faut se la coltiner la Marion.



UNKNOWN MAG: Comment s'organise votre webzine ?

Marion : Je m'occupe de tout ce qui est prise de contacts (avec les managers des groupes pour les interviews, ou l'organisation des festivals pour les accréditations). La plupart de nos interviews, on les réalise à deux, sauf quand elles ont lieu sur des festivals auxquels Guillaume ne vient pas, ou que l'interview n'emballe pas spécialement l'un d'entre nous. Mais c'est quand même moins stressant et plus agréable quand on est deux. Pour le reste, jusqu'ici j'ai écrit toutes les chroniques de disque et tous les live reports de festivals/concerts… Guillaume, bouge-toi !

Guillaume : On va dire que je suis plus un homme de terrain. C'est moi qui gère tout ce qui est import/export, notamment dans tout ce qui est liquide. Mais plus sérieusement, dernièrement on a fait plus d'interviews chacun de notre côté, et au final je trouve ça plutôt cool parce qu'on n’a pas forcément les mêmes goûts, même si dans l'ensemble ça reste assez proche. Pour résumé, Marion incarne un peu la sagesse du webzine, même s'il est parfois arrivé qu'elle soit bien pire que moi. Par peur des représailles, je ne m'étendrai pas plus là dessus.



UNKNOWN MAG Votre projet "Trans'Invasion" en 2008 est une réussite, pourquoi ne pas avoir fait une Trans'Invasion 2009 ?

Marion : A vrai dire on en avait aussi fait un en 2007. Je me souviens qu'on s'était rencontrés peu de temps avant avec Guillaume, et qu'à partir de ça on est devenu amis très vite. Ouais donc pour 2009 on s'est un peu craqué sur le timing, mais on va essayer de faire ça bien pour 2010. Et puis c'est cool d'être sur un format vidéo, en plus de changer, ça rend vraiment bien compte de l'ambiance des interviews, de la spontanéité des artistes, etc. En fait, si on avait du bon matos, et du temps pour faire les montages, on pourrait probablement faire nos interviews en vidéo…

Guillaume : Disons qu'on voulait passer en média "pro", pour être un peu plus libre. Mais comme l'accred' était à 100 euros et qu'on est complètement fauché, on s'est retrouvé sans rien. On ne fera pas la même erreur cette année, mais il nous faudrait quand même du bon matos.

(pour des raisons personnelles, le fournisseur de cette photo voulait simplement, se venger. Unknown Mag n'y est absolument pour rien)

UNKNOWN MAG: Est-ce que le courant passe bien, lors de vos interviews ?

Marion : A l'origine, on amenait toujours une bouteille de vin rouge au groupe qu'on allait interviewer. Ca permettait de détendre l'atmosphère, de boire, et surtout de se mettre le groupe dans la poche dès le départ ! Plusieurs fois, le courant passait tellement bien que les groupes nous ont invités à revenir après le concert pour boire un coup (enfin, plus d'un, généralement !). Bon, dernièrement, la tradition se perd quelque peu parce que certaines interviews ont lieu en festival, et se balader avec une bouteille c'est le plan galère. Et puis au bout d'un moment, j'en ai eu marre de me faire piquer mes tire-bouchon (trois sont morts au combat).

Guillaume : Je crois qu'on m'a aussi piqué deux tires bouchons. Par contre c'est vrai qu'on reste assez chanceux, on n'est jamais tombé sur des mecs qui n'en avaient rien à foutre. Mais dans ce cas, et ça arrivera sûrement un jour, je pense qu'on essaiera de rendre ça encore plus naze, histoire d'avoir au moins un bon gros n'importe quoi qui pourrait s'avérer marrant par la suite.



UNKNOWN MAG: Vos pires et meilleures interviews?

Marion : Je ne sais pas si on peut parler de "pire interview". Tout s'est vraiment toujours bien passé, on ne s’est jamais pris la tête avec un artiste, et aucun d'entre eux n'a jamais fait sa diva. En tant que fille, j'apprécie aussi énormément le fait qu'on ne m'ait jamais vu comme une groupie.
Ca va être difficile de trancher pour la meilleure interview. Avec les Black Lips c'était génial, sachant que c'était notre première interview on ne savait pas du tout ce qui allait se passer ; au final je crois qu'e ça a duré trois quarts d'heure. Le coup des Naive New Beaters sous un semi-remorque aux TransMusicales, c'était pas mal aussi. La rencontre avec Jay Reatard a été totalement désopilante ; on s'attendait à trouver un type complètement déjanté et en fait pas du tout, il avait complètement arrêté l'alcool et la drogue, et s'est révélé être quelqu'un d'extrêmement posé, intelligent, observateur et plein de sagesse. On a été assez touché d'apprendre sa mort en début d'année.

Guillaume : J'ai pensé à Jay Reatard aussi, c'est vrai que ça a été un moment assez déroutant, et lorsque l'on a appris qu'il était mort, comme l'a dit Marion, on était touché.
Plus léger, je me suis un peu ridiculisé devant Friendly Fires. Pour info, ils tirent leur nom d'un morceau de Section 25, et durant l'interview, je leur ai chantonné les paroles, pour voir s'ils réagissaient. Petit moment de solitude, ils n'ont absolument pas reconnu la chanson, et j'avais vraiment l'air d'un débile. Sinon en vrac, l'interview de Islands sur des fûts de bière dans la réserve de l'Ubu (un club de Rennes), la vraiment très bonne interview et soirée passé avec Ben et Béné, ou encore la manageur de Sexy Sushi un peu saoule (à cause de notre bouteille de vin, en plus) qui m'aurait traité de tout les noms d'oiseaux après le concert. Enfin, c'est ce qu'on m'a raconté.



UNKNOWN MAG: Coup de coeur musical de 2010 ?

Marion : Sans aucune hésitation, Beach House. Je ne les ai découverts que cette année avec Teen Dream, mais ça a été une vraie révélation. J'ai passé des heures sur cet album et je ne m'en lasse toujours pas, il est juste grandiose. Ils seront au programme de la tournée des Inrocks en novembre, donc actuellement je prie pour qu'ils passent à Nantes ! J'adorerais qu'on les interviewe et je meurs d'envie de les voir en concert.

Guillaume : HEALTH, même si l'album est sorti l'année dernière, je m'en veux vraiment de les avoir raté, deux fois qui plus est. Comme la question porte sur cette année, je dirai The Drums, très sobre et très efficace, j'ai dévoré les trois EP et l'album. Pour finir, j'ai deux noms qui me viennent en tête, Washed Out et Tennis, Baltimore EP est vraiment magique.



UNKNOWN MAG: Une chanson de la décennie et de l'été ?

Marion : Chanson de la décennie ? Alors là, joker ! C'est le genre de questions auxquelles je ne peux pas répondre, parce que j'ai énormément de mal à trancher lorsqu'il s'agit de quelque chose que j'aime tant, en l'occurrence la musique. Si je sortais une réponse maintenant, je changerais d'avis dans deux jours, puis quatre, puis une semaine, etc.
La chanson de l'été, ça reste jouable. Je vais dire Hot'n'Fun de N*E*R*D. Je crois que beaucoup de gens ont été déçus par ce premier extrait du futur album, mais à l'écoute de cette ligne de basse, j'ai soudain beaucoup de mal à contrôler mon corps, ce qui est généralement un gage de qualité !

Guillaume : Pour la décennie, tu choisis une version un peu moins chiante de la réponse de Marion et tu auras la mienne. Mais pour l'été, je vais rester sur les coups de coeur, je dirai n'importe quel titre de The Drums, une petite préférence pour Saddest Summer quand même, et sinon South Carolina de Tennis.


UNKNOWN MAG: Un petit message à faire passer ?

Marion : C'est la première fois qu'on inverse les rôles, d'habitude c'est nous qui posons les questions.
Je pense que c'est bien de préciser qu'on réalise toutes nos interviews en rencontrant les groupes. Je déteste l'idée des interviews d'artistes via internet, ça n'a aucun intérêt. Les questions sont contrôlées par les labels, éventuellement censurées, et ça ne permet aucune spontanéité de la part des groupes. Tu ne vois pas les réactions des gens, leurs sentiments, etc. Au final tu obtiens un truc complètement déshumanisé donc l'unique but est la promo. On ne mange pas de ce pain là !

Guillaume : On fait ça avant tout pour s'amuser. Ce qui m'intéresse le plus, c'est vraiment d'échanger avec le ou les artistes, que ce soit une conversation très sérieuse ou juste un bon moment. Et le but est que la personne, lorsqu'elle lit notre interview, puisse ressentir la même chose, du moins en partie. Tant que les choses resteront comme ça, on continuera à le faire et à s'amuser. Et si en plus, on a de la picole gratos, on a vraiment aucune raison de s'arrêter.


2 Comments

Dance To The Radio a dit…

Les images sont belles, mais c'est décidément le truc qui revient à la mode (cf. clip de "1000 years" des Coral). Ensuite, je me suis longuement demandé s'il fallait le prendre au 2nd degré (leurs façons de bouger, piano + coucher de soleil, etc) ...

Devka Ulanov a dit…

Merci pour la découverte ! Je suis désormais membre de votre blog, afin de le suivre de plus près. Au plaisir de vous croisez sur le mien ;)