Le 8 Mars est certes dédié à “la journée de la femme” mais c’est avant tout la sortie du nouvel album des Black Rebel Motorcycle Club. Presque deux ans que nos chers Rebelles n’avaient pas sorti d’album.
Les Black Rebel restent dans la même lignée que leurs précédents albums, ce qui n’est pas du tout déplaisant, au contraire. Un Peter Hayes bien déterminé à nous convaincre que
Beat The Devil’s Tattoo n’est pas à laisser au fond de son placard, et ne parlons pas de Leah Shapiro (le remplacant de Nick Jago) à la batterie, qui dégage une énergie vraiment impressionnante (Conscience Killer).
Beaucoup de riff blues et saturés (War Machine, Conscience Killer, Mama taught me better), de balades (Sweet Feeling, The Toll), voire un peu de country accompagné d’harmonica (The Toll, Beat The Devil’s Tattoo,), imaginez vous, traversant la rivière du Styx avec un passeur, les morts vous regardant comme si c’était votre heure (River Styx), un peu frustré, voire terrorisé. Du rock aux guitares bien lourdes (Aya,Shadow’s Keeper), du BRMC craché.
C’est qu’on rêverait tous d’avoir Peter Hayes en train de nous dire “don’t you try to explain all the words that you’ve made for love” (Long Way Down).
L’album se termine sur Half-State, un peu comme un générique de fin et nous laisse plutôt envouté.
Beat The Devil Tattoo’s, à classer de suite « albums de l’année 2010 »


One Comment

Dance To The Radio a dit…

Je l'ai écouté pour l'instant que peu de fois, mais y'a de très bonnes choses dedans !

Aah, tant mieux si tu as pu trouver le livre de Reynolds :) Oui c'est un gros pavé, mais c'est tellement intéressant qu'on ne s'en rend pas compte.