INTERVIEW PONY PONY RUN RUN


« Mon petit pony emmène moi dans ton Pays Magique », nous chantait la publicité Mattel il y a … fort longtemps, mais notre petit Pony a bien grandi, et puis a décidé un jour de monter un groupe de rock power pop avec son frère & un de ses copains : les Pony Pony Run Run.
Les trois Nantais, en concert ce soir là à Montpellier ont profité des quelques minutes avant de monter sur scène, pour répondre à quelques questions pour UNKNOWN MAG… Entretien avec trois pony qui ne sont pas prêts de s’arrêter de courir…



UNKNOWN MAG : Bonjour les Pony Pony Run Run !

Gaëtan : Bonjour !

Amäel : Bonjour

Antonin : Salut !


UNKNOWN MAG : Pourquoi Pony Pony Run Run ?

Gaëtan : Demande à Wet Wet Wet! En fait, on pourrait te donner des explications… mais ça serait bidon. Il y a un moment où il faut choisir un nom de groupe et tu te dis « ah c’est bien ce truc là ! », tu te poses pas trop la question du comment et du pourquoi, c’est comme donner un nom à son chat. Pourquoi tu as appelé ton chat Gustave ? Tu ne peux pas trop répondre. Tu dis « parce que j’aime bien »…

Antonin : Des fois il y a une raison mais pas tout le temps. Je pense qu’il doit y avoir un truc quand tu as trouvé le nom et que tu t’en souviens plus.

Gaëtan : Ouais ! Je pense qu’à l’époque, il y avait un truc qui trainait avec les poneys c’est sûr, parce qu’il y a eu beaucoup de groupes en poney pendant les trois premières années où le groupe a décidé de s’appeler comme ça. Je pense que c’est en dehors de notre volonté. Quand je dis Wet wet Wet, ce qui m’a toujours fait marrer, ce sont des groupes qui s’appellent avec trois fois la même syllabe ou le même nom. Il y a Talk Talk par exemple…


UNKNOWN MAG : ou Duran Duran aussi…

Gaëtan : Duran Duran ouais ! (prononciation à l’anglaise)


UNKNOWN MAG : Vos influences ?

Gaëtan : Duran Duran, Talk Talk , Wet Wet Wet !


UNKNOWN MAG : Parce qu’en regardant Taratata, vous avez des styles musicaux différents…

Gaëtan : Quand j’ai dis à Taratata, Corrona... je n’écoute pas que ce groupe, je te rassure (il rigole) ! Quand il dit qu’il écoute REM (allusion à Antonin)… il n’écoute pas que ça.. Quoi que ?

Antonin : Non en fait, dans les influences il y a les fondements, sur quoi tu t’es un peu… quoi tu as grandis, alors inconsciemment, nous, on s’est basé sur les années 80, consciemment, dans les années 90, et ce qu’on écoutait dans les années 90 c’était de la pop américaine style Weezer.

Gaëtan : On a des cultures musicales qui sont pas si éloignées que ça. C’est pas parce qu’il dit REM que je dis Corrona. Quand on nous demande de dire nos influences, le premier truc qui nous passe par la tête ce n’est pas la réalité du projet, on met vraiment des musiques communes, heureusement, sinon on serait pas capable de travailler ensemble.


UNKNOWN MAG : Vos influences sont ressenties dans votre musique ?

Gaëtan : Je pense qu’il y a des choses que l’on a intégré, qu’on ressent naturellement, après il y a des clins d’œil. Je peux pas te dire quoi et quand. Ca doit se ressentir dans une certaine mesure, mais on ne fait pas de copie directe de quelque chose, on est pas inspiré directement d'un truc, on fait ce que l’on a envie de faire assez naturellement, il doit y avoir des goûts de Dance, surement des bouts de REM qui trainent ou Panthera ou de Corrona mais on ne revendique rien, ca vient ou ça vient pas.

Antonin : Dans les adaptions live, on change un peu les morceaux, pour les rendre plus vivants, plus différents, parce que ça nous intéressent de retravailler le morceau pour le faire vivre et dans les adaptations il y aussi ces matinées de choses qu’on a envie de mettre dedans, il faut des trucs un peu plus rock, selon l’envie ou selon la chanson en fait.


UNKNOWN MAG : En mars 2005, vous avez fait les premières parties d’Art Brut, Who Made Who, c’est plutôt cool, surtout quand on sait qu’Art Brut est un groupe génial..

Ensemble : ouais ouais ouais !

Gaëtan : c’était notre premier grand concert en plus ! Surement dans nos cinq premiers qu’on a fait, du coup on se retrouve avec Art Brut et Who Made Who. Les mecs de Art Brut sont super cools, ça fait partie des têtes d’affiches qui étaient les plus sympa, pas de prises de tête, rien du tout.

Amäel : … Avec Phoenix et Eagles Of Death Metal aussi !


UNKNOWN MAG : Vous avez fait la première partie d’Eagles Of Death Metal ?

Ensemble : ouais ouais ouais !


Amaël : c’était vraiment très cool !

Gaëtan : Ce sont des bons stéréotypes américains !


UNKNOWN MAG : Et vous en pensez quoi du projet « les petits pois » (Them Crooked Vultures) qui étaient à Rock en Seine ?

Gaëtan : j’en ai entendu parler, mais j’ai pas écouté…


UNKNOWN MAG : l’album est génial en tout cas..

Gaëtan : ah ouais ? Il est bien ?

Antonin : Ca s’appelle les petits pois ?


UNKNOWN MAG : A la base, à Rock En Seine, il y avait un groupe secret, appelé « les Petits Pois », avec Dave Grohl (Nirvana/Foo Fighters), John Paul Jones (Led Zeppelin), et Josh Homme sur scène, c’est un peu le rêve…

Antonin : j’étais même pas au courant…

Gaëtan : moi si j’étais au courant !


UNKNOWN MAG : L’album vient juste de sortir, je l’ai écouté, il est vraiment génial. On a envie de dire qu’il y a beaucoup de Queen Of The Stones Age, mais il y a aussi la part Foo Fighters et un petit peu de Led Zeppelin…

Gaëtan : Ca c’est cool !

Amaël : dis donc tu le vends bien l’album !

Gaëtan : tu connais absolument tout toi !


UNKNOWN MAG : Vous réagissez comment face à ce succès ? Parce que cet été, « Hey You » c’était un titre succès, chaque radio qu’on allume on entend le titre…

Gaëtan : On a pas tant que ça entendu « Hey You », parce qu’on écoute pas trop la radio, c’est clair que sur les ondes et le clip, le titre est pas mal passé.
Ce qui est marrant, le clip, je l’ai vu pour la première fois il y a une semaine (rire) , on est complètement en dehors de cette réalité là, le seul lien qu’on a avec le succès, c’est les concerts : voir les gens à nos lives, qui chantent nos paroles par cœur, et qui nous sollicitent là-dessus, heureusement ils ne chantent pas que ça non plus, ils peuvent connaître le projet un peu plus, c’est là où on s’est rendu compte que « Hey You » avait un succès. Après oui, tes proches te le disent « oui j’ai encore entendu ça à la radio, je faisais les courses » « tu sais pas ce qui m’est arrivé ? J’étais chez speedy en train de faire changer mon pot et j’ai entendu Hey You » le truc un peu con. J’ai entendu une fois « Hey You », en achetant du fromage, j’étais là « bon d’accord.. » mais on réalise pas plus que ça, les autres nous renvoient une réalité, on ne le voit pas, on est tout le temps en train de faire de la musique, sur la route, composer, la télé on ne la regarde pas plus que ça, on écoute pas trop la radio, à part Fun Radio c’est bien avec le camion quand tu roules à 350 km/h sur l’autoroute ! Mais c’est vrai que c’est un succès rapporté, apparemment, c’en été un…


UNKNOWN MAG : Quand je dis à un de mes proches « Hey You, ça te dit quelque chose ? » on me répond directement « ah oui Pony Pony Run Run ! »

Antonin : c’est cool, parce que les gens connaissent le nom. Parce qu’il y a des groupes qui galèrent à faire…


UNKNOWN MAG : … mais c’est mieux quand c’est plus long !

Antonin : Non mais même au-delà du nom ! Que les gens sachent que cette chanson là, c’est Pony Pony Run Run en fait.

Gaëtan : Il y en a plein qui ne savait peut-être pas, je te rassure !

Antonin : ouais mais je pense aussi que c’est pour ça que les gens viennent au concert !

Gaëtan : oui mais doit en avoir quelques un qui connaissent la chanson sans connaître le nom du groupe…

Antonin : oui mais des fois… bon bref !

Amaël : Moi je suis d’accord avec toi, c’est vrai que c’est intéressant de savoir que ce morceau a été diffusé, que le groupe a été identifié, que les gens ont écouté l’album, et qui viennent au concert. C’est super sympa.


UNKNOWN MAG : Les pires ou meilleurs concerts ? Des anecdotes à dire… ?

Gaëtan : Y en a pas mal en plus. Avant de faire l’album, on a fait 120 dates à peu près, et depuis qu’on a fait l’album, environ une quarantaine je pense.

Antonin : c’est vrai qu’on en a fait beaucoup…

Gaëtan : mais je crois que c’est ça vraiment…

Amaël : je pense aussi ouais.

Gaëtan : T’es tout le temps sur la route, donc il t’arrive tout le temps des anecdotes, des très très bien, mais qu’on n’a pas le droit de te dire !

Antonin : J’en ai une ! En Allemagne, à Freiburg ? Fribourg ? Freiburg ?



UNKNOWN MAG : Fribourg/Freiburg les deux se disent !

Antonin : … Ouais un programmateur qui nous a fait un faux plan, qui s’appelle Daniel Baer B.A.E.R, qui nous pas payé pas logé, pas nourrit, alors que tout était prévu, pas fait la promo, et c’était notre première date, on avait fait plus de dix heures de camion, et à cause de ce mec là, on a failli se casser la gueule.

Amaël : C’était au début... au tout début quoi.

Antonin : Les gens qui ont le bar de la salle, nous ont accueillis, on avait juste des chips à manger le soir...


UNKNOWN MAG : Pourtant les allemands avec la flammküsch et la bière… ah non c’est les Alsaciens !

Antonin : Les allemands étaient super cools mais là, c’était l’organisateur qui était complètement à l’arrache et donc on a fini par parler avec le barman, il nous a dit « venez chez moi si vous le souhaiter ! » et il nous a accueillis, on était six, un truc comme ça…

Gaëtan : ouais six, puis c’était cinq heures et demi du mat’, sa nana et lui nous ont accueillis, ils nous ont filé à boire, à bouffer, c’était hyper cool !

Amaël : on a dormi dans une pièce qui faisait à peu près la moitié de cette pièce là (il montre les loges où nous sommes).

Gaëtan : Le mec il nous devait rien, c’était le barman, il n’avait rien avoir avec la soirée, il nous a sauvé la vie, finalement tu trouves une contre partie intéressante, puis tu crées des liens avec d’autres gens.

Amaël : On s’est bien fait avoir quand même…

Ensemble : Daniel BaerDANIEL BAER OUAIS ! Si vous le croisez…

Antonin : À mon avis il marche plus…


UNKNOWN MAG : Avant dernière question, comme vous jouez à Montpellier ce soir, vous avez un peu visité la ville ? Quelque chose de marquant ?

Antonin : Ouais !

Gaëtan : On connait Montpellier. En fait on était étudiants aux Beaux Arts, et à cette époque là, on faisait des travaux classiques et la première galerie où on a exposé c’était à Montpellier. On vient ici assez souvent, une ou deux fois par an. J’aime beaucoup cette ville, l’ambiance est super.

Antonin : mais on a déjà joué dans une salle à Montpellier

Amaël : Ouais ! Un an pile poil à l’antirouille. C’était un tremplin, juste avant de rentrer en studio. On était pas dans la catégorie tremplin, on venait pour la soirée finale. C’est vrai qu’on aime bien Montpellier pour se balader dans la ville, aller boire des coups avec nos amis, pour profiter du bon temps.


UNKNOWN MAG : Dernière question réservée aux artistes : si vous avez un message à faire passer c’est maintenant ou jamais !

Gaëtan : Daniel Baer t’es un connard ! Il faut pas prendre de drogues non plus !

Antonin : ouais c’est mal !

Gaëtan : faîtes du sport, et Daniel Baer c’est un connard ! Quand vous allez à la piscine n’oubliez pas de prendre votre serviette c’est important !

_ BONUS :


Après quelques soucis, et changements de programmes, on se dit que finalement, ça ne peut apporter que de la joie, de la bonne humeur, et de bons souvenirs...

UNKNOWN MAG : ca fait quoi de chanter avec Dan Black ?

Gaëtan : bah, ce mec, quand je l'ai vu, j'me suis demandé ce qu'il prenait avant de monter sur scène, j'te jure, quand il danse, on dirait un avion (imitation de l'avion en dansant)... Sinon quand il chantait, j'entendais pas tellement, je voyais juste sa bouche qui bougeait sans le son...

+ un gars de la tournée rajoutant un peu plus tard : "Hé les filles! c'est fini les années rock and roll, no drugs, no sex, no meuf hein!"


One Comment

MATHILDE a dit…

Dan Black c'est mon héros.