Elle fait la une de la BBC, parmi les « Sound of 2011 », Anna Calvi est une des révélations de cette année.
Elle sort son premier EP « Anna Calvi » sur le chaleureux label Domino Record. Que demander de mieux ?
Ce qui nous impressionne chez la belle Londonienne, c’est cette capacité vocale (« Jezebel » « Desire » « Suzanne and I ») qui rappelle les années PJ Harvey ou encore Patti Smith, des notes de guitare nous ramenant à l’inoubliable Jeff Buckley. Anna Calvi ne prétend rien, si ce n’est son travail acharné pour réussir ce dont elle rêvait depuis toujours « J’ai voulu être le plus honnête possible avec cet album » affirme-t-elle. Comment ne pas envier une femme produite par Brian Eno, faisant les premières parties du fabuleux groupe de Nick Cave : Grinderman ? Ce n’est pas une artiste de la catégorie « hype branchée », bien au contraire, discrète et intime dans ses paroles, Anna Calvi nous peint un univers sombre, mais beau. Sur scène, elle n’a pas besoin de beaucoup, seulement un batteur et un percussionniste, il suffit de voir quelques vidéos pour comprendre la perfection scénique. Tout est si propre, et travaillé. Anna Calvi nous éblouit, et ne peut nous laisser indifférent à l’écoute de cet album.



One Comment

Dance To The Radio a dit…

Non, je ne l'ai pas écouté, il est bien ?
Ah, il faut que j'écoute Anna Calvi, j'ai acheté le Voxpop elle était en couverture ...